Organisateurs

 

François LeTourneux

Depuis 2008, François LeTourneux est conservateur adjoint au Musée d’art contemporain de Montréal, où il a été commissaire d’expositions monographiques consacrées aux artistes Etienne Zack (2010), Jon Pylypchuk (2011) et Lynne Cohen (2013-2015), ainsi que co-commissaire de La Triennale québécoise 2011. Il dirige également, à titre de responsable de l’action culturelle, le programme de conférences du Musée et les Colloques annuels internationaux Max et Iris Stern. Il a notamment organisé ou co-organisé les événements L’exposition mise en œuvre (2011-2012), Abstraction (2013) et Remonter/remixer/partager : technologies, esthétiques, politiques (2014). François LeTourneux détient un doctorat en histoire de l’art du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal (2012), où il a été professeur invité de 2014 à 2016.

Emanuel Licha

Artiste et cinéaste, Emanuel Licha a d’abord effectué des études en géographie urbaine, puis en arts visuels. Son travail en film, installation vidéo et photographie s’intéresse aux rôles de certains objets spatiaux dans la représentation et la compréhension d’événements géopolitiques, l’amenant à envisager les objets du paysage urbain comme autant d’indices sociaux, historiques et politiques. Ses projets récents questionnent les moyens utilisés pour observer et rapporter des événements violents et traumatiques. Emanuel Licha détient un doctorat en cultures visuelles du Centre for Research Architecture, Goldsmiths, University of London. Il est maître de conférences en arts visuels et cinéma à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette et professeur invité à l’Université du Québec à Montréal de 2015 à 2017.

Jean-Philippe Uzel

Jean-Philippe Uzel est professeur d’histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal et membre du Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA). Son champ d’expertise porte sur l’histoire et la théorie de l’art moderne et contemporain, et plus particulièrement sur les rapports entre art et politique. C’est sous cet angle qu’il s’intéresse depuis près d’une vingtaine d’années à l’art contemporain autochtone d’Amérique du Nord. Il a publié de nombreux textes sur des artistes contemporains autochtones (Jimmie Durham, Ron Noganosh, Kent Monkman, Nadia Myre, Brian Jungen, Teresa Margolles…) dans des revues et des ouvrages collectifs au Québec et à l’étranger. Il a été en 2012-2013 titulaire de la Chaire d’études du Québec contemporain à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 avec comme programme de recherche les « Regards croisés sur l’art contemporain autochtone d’Amérique du Nord ».

Avec la collaboration de Véronique Leblanc

Véronique Leblanc est commissaire indépendante, auteure et chargée de cours en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse aux pratiques contextuelles, processuelles et relationnelles ainsi qu’aux liens qui se tissent entre art, éthique et politique. Une part importante de sa démarche est basée sur l’analyse de pratiques performatives et collaboratives qui abordent les questions de l’altérité et du vivre ensemble. Récemment, elle organisait les expositions Richard Ibghy & Marilou Lemmens. La vie mise au travail (Galerie Leonard & Bina Ellen, Montréal, 2016), Polyphonies (Optica, Montréal, 2015) et faire avec (AdMare, Îles-de-la-Madeleine, 2013). Détentrice d’une maîtrise en études des arts de l’Université du Québec à Montréal, elle recevait en 2015 le Prix John R. Porter de la Fondation du Musée national des beaux-arts du Québec pour ses essais sur le travail des artistes Emmanuelle Léonard et Artur Żmijewski. Elle vit et travaille à Montréal.

Coordination

Nazik Dakkach (programme de maîtrise en histoire de l’art, Université du Québec à Montréal)

Recherche

Lisa Eymet (École du Louvre, programme de la maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal)